samedi 31 juillet 2010

Félix Mendelssohn/Cyril Huvé


Si le grand public connait Félix Mendelssohn grâce à la célèbre "Marche nuptiale", il n'en demeure pas moins un acteur majeur du paysage musical du début du 19ème siècle.
En effet, il est considéré comme la "figure éminente du préromantisme".
Ce disque est une bonne occasion de découvrir toute la richesse de l'oeuvre de ce musicien hors pair, trop tôt disparu.
L'interprétation très enlevée du pianiste Cyril Huvé achève de nous emmener hors des sentiers battus.
Enfin, un petit clin d'oeil aux auditeurs du "Masque et la Plume" qui écouteront avec délice "la fileuse", extrait des "romances sans paroles".

Pour en savoir plus sur le compositeur, c'est ici , et ici pour l'interprète.
Pour écouter, c'est ici ou ici.

vendredi 30 juillet 2010

Trop de chance / H. VIGNAL

On comprend rapidement toute l'ironie du titre...

La narratrice est une jeune fille de 10 ans qui part du constat que tout le monde parle sur tout le monde.
"On a le droit. On critique le maire qui veut décider tout seul, on prend des nouvelles des trois filles du boucher, on s'énerve après l'épicier (...). Tout ça se passe à voix haute."

Par opposition il y en a d'autres qui se passent à voix basse... Comme le fait que sa famille ait déménager pour être plus prêt de leur maître à eux. Ne pas révéler ce qu'il y a derrière les hauts murs, ne pas parler du Travail sur eux, ne s'adresser et fréquenter que la famille, celle de la grande maison parce que les autres, ceux qui parlent à voix haute, ce sont des gens ordinaires. 
Contrairement à elles, comme le répète si souvent la maman aux deux soeurs, qui ont de la chance d'être nées dans cette famille...

Ça n'est que dans les dernières pages que la petite ose demander à sa mère :
" C'est quoi une secte ?"
La question est posée et pour elle, la formuler "ça fait trembler de l'intérieur. C'est surement une question interdite".

Fort et pudique.

Ce livre est paru aux ed. du Rouergue, dans la collection doAdo en 2007.

mercredi 28 juillet 2010

L'ombre d'Adrien / C. YTAK



Le roman s'ouvre sur une tragédie. Jérémy vient de perdre son ami Adrien lors d'une randonnée.
Le sentier sur lequel le drame a eu lieu, c'est celui qu'ils parcouraient depuis tout petit... D'où les affreux doutes de Jérémy : était-ce un accident ou bien Adrien a-t-il sauter délibérément ?
Jérémy va alors poser des questions, fouiller le passé de son ami et visiter les lieux et les gens qui lui étaient familiers.


Sujet difficile, magnifiquement traité par l'auteur.
Le ton est juste et les personnages forts avec notamment la présence lumineuse d'Ilian (il fait souvent  référence à Souleymane Diamanka et à son Chagrin des anges ) qui slam le mal-être d'Adrien, le sien et parle au cœur de ceux qui l'écoutent.

mardi 27 juillet 2010

Tamara Drewe/ Stephen Frears


Un village anglais, une résidence d'écrivains en mal d'inspiration, deux chipies de douze ans et le retour d'une jeune femme : voilà le cocktail explosif du dernier film de Stephen Frears.
Tamara Drewe revient donc dans son village d'enfance après le décès de sa mère. Véritable tornade, elle va semer la zizanie sur son passage.
Tiré du roman graphique éponyme de Posy Simmonds, le film est une succession de portraits au vitriol des habitants de la bourgade et de situations plus loufoques les unes que les autres.
Ce film vous vaut 1h40 d'humour et de zygomatiques déchaînés.

vendredi 23 juillet 2010

Le dernier elfe/ Silvana de Mari


Le lecteur est transporté dans un royaume battu par le vent et la pluie : Yorsh, le dernier elfe est recueilli par 2 humains, Sarja et Monser. Ensemble, et malgré les embûches semées sur leur passage, ils le conduiront vers le volcan et le dernier dragon dont il sera l'ultime gardien. Mais au delà de cette tâche, Yorsh redescendra six ans plus tard dans la vallée pour sauver la fille de Sarja et Monser ainsi qu' une poignée d'humains : la prophétie sera alors achevée.
D'une narration très simple, Silvana de Mari entraîne le lecteur dans les aventures de Yorsh.

L'auteur a reçu le prix Andersen Italia du roman jeunesse

Si vous avez aimé, vous pouvez lire la suite " Le dernier orc"

jeudi 22 juillet 2010

Trois histoires de bibliothécaires


La bibliothèque ou la lecture sont des thèmes récurrents dans les romans tant français qu'étrangers.

Dans "la reine des lectrices", Alan Bennett dresse le portrait d'un jeune bibliothécaire qui, un peu par hasard initie la reine d'Angleterre aux plaisirs de la lecture. Cette découverte aura quelques conséquences fâcheuses sur le protocole et sur l'emploi du temps de sa Majesté.


Quant à Alice Ferney, c'est avec "Grâce et dénuement" qu'elle nous plonge dans le quotidien d'une bibliothécaire. Grâce à la lecture mais aussi sa patience et son engagement, elle apprivoisera petit à petit les enfants des gitans ainsi que la vieille femme chef de famille.




Enfin, aux détours des rayonnages, j'ai trouvé "la tournée d'automne", chronique d'un chauffeur de bibliobus québécois effectuant sa dernière tournée dans les immensités canadiennes.

Si ces romans nous livrent des portraits très différents des bibliothécaires, l'amour des livres, de l'écriture et surtout du partage transparaît dans ces quelques pages. Les bibliothécaires ne jugent pas, ils sont passeurs : passeurs de textes, d'émotions, de rires et de larmes.
Des textes à découvrir ou à redécouvrir

mercredi 21 juillet 2010

Les nouveautés de l'été !

Voici un diaporama des livres que vous pourrez très prochainement retrouver dans votre bibliothèque à Sancoins mais aussi, en en faisant la demande auprès de la bibliothécaire qui dessert les autres bibliothèques de l'intercommunalité, à Augy ou bien  à Sagonne.


video

lundi 19 juillet 2010

Max et les maximonstres/ Maurice Sendak

Paru initialement en 1963 sous le titre original de "Where the wild things are", l'album de Maurice Sendak s'est imposé petit à petit comme un des plus grands classiques de la littérature de jeunesse.
Max, un petit garçon peu obéissant est puni et enfermé dans sa chambre. Cette dernière se transforme petit à petit en jungle : Max devenu marin navigue jusqu'aux rivages du pays des maximonstres où il est accueilli comme un roi. La fête passée, Max s'ennuie fermement et repart. Il retrouvera ainsi la tiédeur et la sécurité de sa chambre.

Si les critiques furent partagées au début, il est incontestable aujourd'hui que Maurice Sendak a su au delà de toutes paroles cerner l'enfant tel qu'il est : Max peut redevenir un petit garçon "normal" car il a libéré sa part d'agressivité dans son imagination. Il retourne dans le monde réel libéré du poids de ses peurs.

En 2009, Spike Jonze réalise une adaptation du célèbre album. A l'heure où images de synthèse et effets spéciaux sont rois, le film nous offre des grosses créatures en peluches.




Pour aller plus loin,vous pouvez consulter "Une lecture psychanalytique de Max et les Maximonstres"de Maurice Sendak

samedi 17 juillet 2010

Mortelle mémoire / J-P NOZIERE

Dans le petit village de Vron, un nouvel habitant s'installe. Il éveille la curiosité voire la jalousie de certains.
Il s'appelle Tobias, a 27 ans, un grand domaine et des chevaux.
Ariane elle, est une jeune fille du village. Elle a 15 ans. C'est leur passion commune pour les chevaux qui va les réunir pendant les deux mois d'été.

On découvre assez vite que Tobias n'a pas choisi par hasard Ariane.
Il l'a choisi parce qu'elle connait comme sa poche le village et ses habitants. 
Il l'a choisi pour qu'elle tisse le fil qui le ramènera 10 ans plus tôt, dans ce même village où sa soeur a été violée et tuée.

"Il [Tobias] pilotait une trial couverte de boue qui avait dévalé le chemin venant du bois et s'était arrêté à la suite d'un impressionnant dérapage. Ce jour-là, j'eus la prétention d'imaginer que Tobias voulait épater la fille entrée dans son pré sans son autorisation (...). Je me trompais. Vous vous tromperiez davantage encore en pensant que je m'apprête à raconter une histoire d'amour entre une fille de 15 ans et un homme de 27 (...). Pourtant, au cours de l'été, beaucoup d'habitants de Vron furent persuadés que nous couchions ensemble."

Un roman agréable à lire. Pour Ados ET adultes.

vendredi 16 juillet 2010

Un automne à Kyoto / K. REYSSET

Margaux part avec sa petite soeur et son père passer trois mois au Japon, à Kyoto.
Voyage attendu puis finalement redouté : Margaux laisse son tout nouveau et premier amoureux Mathias.
Un peu de son coeur demeure en France mais le Japon va lui ravir les yeux.

Cet Automne à kyoto c'est le journal tenu par l'attachante Margaux qui raconte, sous forme de notes poétiques agrémentées de dessins, les lieux et gens croisés.
Mais son père ne va pas bien, sa soeur pas fort non plus et notre jeune narratrice, sensible, curieuse et intelligente se rend bien compte de la finalité du voyage entrepris sans leur mère.




Un très beau roman qui laisse les empruntes, les senteurs d'un Japon authentique. Flamboyant comme les momodji !

jeudi 15 juillet 2010

Il y longtemps...

... que je n'avais écouté l'album des Smashing Pumpkins intitulé Adore.
Sorti en 1998, il n'a pas fait l'unanimité, loin de là. Surtout après THE album des SP, Mellon Collie and the infinite sadness (1995).

Pour ma part, j'ai eu à nouveau grand plaisir à l'écouter. Peut-être plus particulièrement ce morceau ci.Sombre et envoutant.

mardi 13 juillet 2010

Kiss / J. WILSON

Carl et Emily sont amis et voisins, depuis toujours. Une amitié riche et forte qui s'épanouit avec le temps. Ensemble, ils écrivent un livre où dessins et récits se mêlent. C'est leur secret.

Ils s'aiment, mais Carl, est à un âge où il doute de sa sexualité.

Emily elle, est tellement attachée à lui que lorsqu'elle va découvrir la réalité, et malgré sa propre souffrance, va l'aider du mieux qu'elle peut.


J'ai bien retrouvé le style de l'auteur "le plus emprunté dans les bibliothèques britanniques" .
Je l'avais découverte avec "Violette" (titre original "Midnight") que j'avais beaucoup apprécié.
Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un auteur à découvrir !

Kiss, Jacqueline Wilson (342 p.) Gallimard collection Scripto, mars 2009

vendredi 9 juillet 2010

La morsure du lézard/ Louis Sachar


Le roman a été initialement publié sous le titre "Le passage" avant d'être réédité sous celui de "La morsure du lézard"après son adaptation cinématographique.
Stanley Yelnats est envoyé dans un camp de redressement pour mineurs après avoir été accusé de vol. Pourtant, Stanley est un garçon doux et un peu naïf, poursuivi selon lui par une malédiction familiale.
Le voilà donc, chaînes aux pieds, parachuté au "camp du lac vert", qui est en réalité une étendue aride au milieu du désert.
La-bas, avec d'autres ados détenus comme lui, il devra creuser des trous de 1,50 m de diamètre et de profondeur à la recherche d'un hypothétique trésor.
Dans cet enfer, Stanley affirmera son caractère auprès de ses pairs et mettra fin à la malédiction.
Quête initiatique autant que road movie, le roman de Louis Sachar nous offre un grand moment de lecture.
A suivre dans "Pas à pas"

jeudi 8 juillet 2010

La passeuse de rêves/ Lois Lowry


Récit emprunt de poésie et de douceur, Passeuse de rêves de Lois Lowry est un formidable petit moment de lecture.
Petite est apprentie chez les passeurs de rêves. Curieuse et sensible, elle apprend comment recueillir un fragment de bonheur pour le transformer en rêves heureux.
Parallèlement, la vie d'une vieille femme est bouleversé par l'arrivée dans son foyer de John, un jeune garçon malmené par la vie et tourmenté.
De son toucher aussi doux qu'un fil de soie, Petite devra combattre les saboteurs, êtres malfaisants à qui l'on doit les cauchemars les plus terribles. Son courage et sa vaillance permettront le retour de l'harmonie dans la maison.
En un peu plus de 100 pages, Lois Lowry nous insuffle force et douceur dans un texte très beau.
"Faites de beaux rêves"...

mercredi 7 juillet 2010

Quand la litterature mène à la musique

L'héroïne, joue du violon. Elle a été remarquée par Menuhin en personne ! C'est une jeune virtuose de tout juste 15 ans.

La scène finale est très émouvante. Nina joue un morceau pour un événement bien particulier. 
 " J'ai choisi de jouer la chaconne de Bach. Pour sa spiritualité, sa sobre virtuosité. Selon moi, elle est l'absolu, l'intemporel (...). La chaleur est insupportable. Je ferme les yeux, mon cœur bat à se rompre. Les premiers accords jaillissent, lourds et puissants."

mardi 6 juillet 2010

La délicatesse / D. FOENKINOS

Nathalie rencontre l'amour sur un trottoir.
Une homme vient l'accoster et ils ne se quitteront plus. Ils se marient. Elle trouve un travail après avoir fini ses études universitaires. Quelques années de vie commune et la mort du mari. Brutale. 
La perte, le deuil, la solitude, le recueillement, tout cela très justement décrit par l'auteur.

Et puis, Nathalie reprend le travail, devient une machine, monte en grade.
Trois ans ont passé. Et le grain de sable dans la mécanique : "il passait par là, elle l'avait embrassé sans réfléchir".
Markus, suédois d'origine va surprendre cette femme et ravir le lecteur.

Premier livre que je lis de cet auteur. 
Éblouissement !
Finesse psychologique des personnages, belle écriture, intelligence dans la description du sentiment amoureux.
Le ton et les situations sont justes.

C'est le genre de livre qui vous donne l'envie de recopier des morceaux pour les avoir toujours à portée des yeux. Une découverte !

jeudi 1 juillet 2010

Rosalie Blum / Camille JOURDY

Cette BD, publiée chez Actes Sud est un bien beau cadeau à faire, croyez moi. Disponible en coffret, il regroupe les trois tomes de la série.

L'histoire est celle de solitudes qui se croisent, se cherchent et s'apprivoisent.

Ainsi toute une galerie de personnages se met à se mouvoir sous nos yeux.
Il y a tout d'abord Vincent. 30 ans, coiffeur. C'est un homme du quotidien écrasé par la routine et une mère qui habite au dessus de chez lui.

Le personnage de la maman est savoureux. Elle est extrêmement possessive envers son fils et se fait son petit théâtre intime plein de drames et d'horreurs.

Il y à aussi Laurent, le cousin de Vincent. Polygame invétéré, il excelle dans la confection de figurines érotiques.

Et puis il y à celle qui a donnée son nom à la série... Rosalie Blum.
Personnage mystérieux que Vincent va se mettre à suivre dans la rue, à l'église où elle chante à la chorale ou encore dans un pub où elle s'enivre à ne plus pouvoir marcher droit.

Plus la vérité sera dévoilée sur cette femme, et plus le lecteur s'attachera à sa part d'ombre.


Lisez et découvrez les autres personnages de Camille Jourdy.