vendredi 29 octobre 2010

Ces reprises qui nous font voyager jusqu'à l'original

Léonard Cohen (puisque c'est "l'original" jusqu'au quel j'ai voyagé), je l'ai découvert avec la BO d'un film dans lequel soufflait un vent de liberté et d'impertinence.

Sortie en décembre 90 en France, Pump up the volume d'Alan Moyle exploite le sujet des radios pirates et de leur influence. Adolescente, j'y découvre deux titres Everybody knows et If it be your will. Cette voix qui se traîne et s'imprime comme une persistance rétinienne.

Et la reprise alors, celle qui m'a fait revenir à un autre titre de l'auteur compositeur et interprète canadien...
Bashung, denier album, Bleu pétrole, sa reprise de Suzanne.


Back to the original !

jeudi 28 octobre 2010

Leviathan / Scott Westerfeld

Délaissant son genre habituel, la science-fiction, pour un mélange de steampunk et d'uchronie, Scott Westerfeld nous offre ici un récit non seulement d'aventure mais également initiatique et jette  les bases d'une réflexion autour de la nature.
1914 : deux camps s'opposent en Europe : les Darwinistes (biologie et manipulations génétiques) et les clankers (tout mécanique). Ils prendront comme prétexte l'assassinat de l'Archiduc pour déclencher le conflit. C'est à ce moment précis que le récit de Westerfeld débute : le lecteur se trouve avec Alek dans sa chambre au moment où celui-ci s'enfuit pour sauver sa peau.
Dans le camp des Darwinistes, Deryn, une jeune fille se déguise pour pouvoir entrer dans les forces armées. Lors de sa première sortie aérienne, elle se perd et est récupérée par le "Léviathan", mi baleine, mi machine. Il s'arrête à Londres pour embarquer une savante et un mystérieux paquet. Cependant, poursuivi par des avions ennemis, le "Léviathan" doit atterrir en urgence sur la surface d'un glacier, à quelques encablures du refuge d'Alek. Après une rencontre assez mouvementée, la force de caractère et de persuasion des deux jeunes gens leur permettront de laisser de côté leurs différents et de s'allier pour sauver le "Léviathan" et sa précieuse cargaison. Le roman se clôt ainsi sur la destinée du mystérieux paquet.
Très bien mené malgré quelques longueurs, le récit fera le bonheur des mordus d'uchronie et de science. Scott Westerfeld noue d'une façon étonnante les fils de l'Histoire réelle et supposée. Les personnages sont attachants dès le début même s'ils se montrent parfois un peu fanfarons. Les réflexions sur l'évolution des hommes, de leurs machines et de leurs comportements s'insèrent très bien dans le déroulement du roman.

Deux autres tomes sont prévus
- Béhemoth / Septembre 2011
- Goliath / Septembre 2012

D'autres critiques sont disponibles ici et

mardi 26 octobre 2010

mon mercredi à lire et à conter du mois d'octobre

Demain est le jour de notre rendez-vous mensuel de l'heure du conte.
Au programme, des histoires de nuit comme :


Bébé souris n'arrive pas à dormir alors que papa Souris lui ne semble avoir aucune difficulté.
Mais la nuit l'inquiète avec ses bruits et ses mystères. Papa souris va devoir le rassurer...
Diana Hendry et Jane Chapman ; Mijade 1999


"Par une sombre nuit de tempête", une maison abandonnée va se mettre à tanguer avec le vent.
Un album à répétitions de Bill Martin Jr, illustré par Barry Root ; Milan 1997
Dans la nuit, la lune éclaire la ville. On y rencontre de l'animation mais aussi des moments de calme. L'album joue sur l'alternance de ces moments avec très peu de texte et une illustration sur double page.
 De Bethea VerDorn et Thomas Graham ; l'école des loisirs 1991

Avec "des bruits dans la nuit", "rêve de lune" est un album pour lequel j'ai un vrai coup de coeur. Découvert comme un trésor en réserve.

De grandes illustrations sur papier glacé avec une fenêtre découpée dans chaque page.
Là encore très peu de texte et un effet de zoom.
On part de la lune pour visiter une ville. Dans la ville, une maison et derrière la maison, une cour avec un arbre.
Derrière l'arbre tout en haut...

C'est beau, poétique et ludique.
D'Elisabeth Brami et Anne Brouillard ; Seuil jeunesse 2005.


Quant aux contes, ils auront pour thème les astres.
Avec, tout d'abord,  l'histoire de "la fille du soleil et de la lune", un conte africain où on nous explique qu' il n'est pas facile d'entrer en contact avec les astres, même quand on est un prince.
Et pour clore la séance, le conte "l'étoile et le nénuphar". Un conte des Indiens d'Amérique où l'on découvre comment une étoile devint le premier nénuphar.

Rendez-vous à 14 heures demain, dans la salle du conte de la bibliothèque intercommunale à Sancoins.


samedi 23 octobre 2010

Lecture à voix haute

J'avais rendez-vous à 14 heures pour un exercice que je n'avais jamais pratiqué : une lecture à voix haute devant un public adulte.
Je suis arrivée à la maison de retraite 10 minutes avant le début de la séance, avec deux livres très différents dans ma besace et une fébrilité plus ou moins bien cachée.

Accueillie par un animateur de l'EHPAD souriant et chaleureux, j'ai droit à une petite visite de l'établissement, du personnel et des pensionnaires.
On rappelle le rendez-vous à certains, on en attend d'autres et puis en s'installant, très naturellement, nous discutons. Enfin, je les écoute se taquiner, se questionner. Et, de suite, je suis séduite par leur bonne humeur.
Sans le savoir, ils me font un bien fou et me mettent à l'aise. Oublié la peur ! Je suis contente d'être avec eux et leur dit.

Commence alors ma lecture. J'explique mon choix de texte et le contexte du récit avant de débuter par une première lettre extraite du "cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates".


J'arrêterai ma lecture un peu avant ce que j'avais prévu car j'ai senti une baisse d'intérêt au fur et à mesure.
Bien m'en a pris !


On discute de la solidarité en temps de guerre. Notre animateur dirige le débat.
On décide collégialement de faire une pause après la deuxième et dernière lecture.

Sachant qu'ils vont bientôt disposer d'un ordinateur avec webcam et accès à internet, mon choix s'était porté sur "mémé t'as du courrier". 

Là, j'ai tout lu :)

Un bon moment et une expérience à renouveler !

jeudi 21 octobre 2010

OURAGAN de Laurent Gaudé



L'œuvre débute avec "Joséphine Linc. Steelson, négresse depuis presque cent ans", qui dès son réveil "sent" la tempête arriver.

Mais il y a également Keanu Burns, qui peine à se remettre d'une tragédie, mais qui retourne en Louisiane suite à l'annonce de l'ouragan afin de retrouver celle qu'il aime.

Mais aussi Rose Peckerbye qui se sent démunie seule avec son fils.

Le révérend et les prisonniers de Parish Prison...

Tous ces personnages vont voir leur destin se bouleverser à cause d'un cyclone qui n'est jamais véritablement nommée.

Laurent Gaudé réussit une fois encore à nous époustoufler puisque cette œuvre poignante nous tient en haleine jusque dans ses dernières pages.

Un roman à lire absolument!!

mercredi 20 octobre 2010

J'ai quinze ans...

Titre du roman et  phrase d'ouverture : "j'ai quinze ans et je ne l'ai jamais fait". 
C'est Capucine qui  désespère et qui rêve : " Pour les vieux, je suis Capucine. Capuche la caboche. Une tête, paraît-il, et j'avoue, tout ce temps que je peux me permettre à ne pas potasser, je le passe à rêver. Mieux : à fantasmer (...). J'ai toujours aimé la provocation mais pour l'instant elle n'existe que dans mes pensées. Et déjà, ce n'est pas toujours facile à gérer. Capuche la caboche. Capuche la culbute. Capote et capuche.Calottes et...
Bref. J'ai quinze ans et je ne l'ai jamais fait.
La vérité, c'est ça."


Bien sûr, notre Capucine est amoureuse. D'un homme plus âgé. Un professeur. Il enseigne l'histoire avec passion. Monsieur Martin.
M. Martin lui, est engagé dans une relation avec une jeune femme, mère célibataire qui a repris ses études et qui élève son ado de fils, bassiste dans un groupe de rock. Martin.

L'auteur, dont j'avais entendu le plus grand bien après la parution de Dis oui, Ninon chez Stock en 2009 , je la découvre pour ma part avec ce roman ci.
Au début du récit, elle fait s'alterner les chapitres ayant pour narrateur Capucine et ceux où Martin livre ses pensées. Deux typographies pour deux personnages que tout oppose. Mais, quand ses deux personnages vont vivre des événements ensembles, le lecteur va pouvoir apprécier leurs deux points de vue d'une même scène.
Ce procédé permet d'effectuer comme un effet de loupe sur les moments forts.

Tous les personnages sont attachants. Le vocabulaire utilisé au début qui veut appeler un chat un chat est comme une provocation de l'auteur, tout comme le titre. Mais rapidement, entre les lignes, se révèlent nos personnages, et de situations communes en aspirations personnelles, le roman prend toute sa puissance.

Émouvant et juste dans le ton.

mardi 19 octobre 2010

Sagonne/ Les Automnales

Pour la 6ème année consécutive, le salon des Automnales se déroulera à l'espace Simonne et Jean Lacouture de Sagonne.
Cette année, pas moins de 26 écrivains ont répondu présent à l'appel : les habitués côtoieront les nouveaux venus.
C'est l'occasion  de partager et d'échanger autour des œuvres et des lectures de chacun.

Parmi les auteurs invités, nous pouvons citer Noëlle Chatelet, qui est également cette année présidente du jury du Prix Georges Sand du carnet de voyages réel ou imaginaire à Nohant (remise des prix le 17 octobre) ; Jean Lacouture sera également présent et animera en compagnie de Michelle Cotta, Paulette Decraene et Bernard Stephan, une conférence sur les mémoires de la Vème République.

Seront également présents : Marie Louise Audiberti, Françoise Bezet, Pierre Caldi, Bernard Capo, Bernard Hamon, Isabelle Papiau, Alain Rafesthain, Julien Rapegno, Pierre Thesset, , ...

Programmation : Ouverture du salon à partir de 14h30
18h : Conférence "Les mémoires de la Vème République", par Jean Lacouture accompagné de Michelle Cotta, Paulette Decraene et Bernard Stephan
19h : Extrait du concert "Georges et Frédéric ou l'impossible concert"

dimanche 17 octobre 2010

Arachnae/ Charlotte Bousquet

Âmes sensibles, s'abstenir !
En effet, Charlotte Bousquet ne lésine pas sur la violence, le sexe, le sang et la torture. Mais au delà de ses côtés trash et gore, c'est un bon opus de Dark Fantasy.
Arachnae est une cité gangrénée par les vices et les violences à l'instar de Sodome et Gomorrhe. Primitivement, sa société est matriarcale ; mais en ces temps troublés, un prince est à sa tête. Tirant les ficelles du destin et de la politique, les moires tissent une toile de haine et de complots autour des protagonistes.
C'est dans cette ambiance délétère que la garde retrouve des cadavres démembrés d'enfants à la lisière du quartier mal famé, le Labyrinthe.
Pour enquêter, le prince dépêche son meilleur garde, le sergent Gracci, fidèle mais désabusé et lui adjoint Théodora, jeune femme apprentie espionne douée mais incontrôlable.
Ils plongeront au cœur de la débauche et au plus profond de la ville pourrissante pour contrer les assassins et le complot contre la couronne mais l'un perdra la vie et l'autre les quelques illusions qui lui restait.
En fin de compte, les conspirations seront en partie déjouées mais le doute subsistera. Arachnae restera à tout jamais une cité décadente où se mêlent jeux de pouvoir et violence extrême.
C'est un roman assez bien mené où le désespoir est prégnant à toutes les pages et où les héros ne sont pas sauvés par la grâce. Cependant, l'enchevêtrement des intrigues de cour et de celles de la rue est tel qu'on a parfois du mal à suivre les tenants et les aboutissants. Cela reste cependant une lecture agréable si l'on fait abstraction des scènes violentes.

Si vous avez aimé, vous aimerez sûrement :
                              Tad Williams / L'arcane des épées
                              Georges R.R. Martin / Le trône de fer
                              Robert E. Howard / Conan le barbare

mercredi 13 octobre 2010

Spectacle de Dominique Tchoryk

Après des mois de préparation, le grand jour est arrivé!
Alors que certains étaient devant leur télévision à regarder le match de foot, nous, bibliothécaires de la Communauté de Communes, trépignions d'impatience.
Il était important pour nous que les lecteurs soient au rendez-vous.

Avant le spectacle, discours de messieurs Widowiak et Monseau

Chose faite: devant un parterre d'usagers, Dominique Tchoryk nous a littéralement fait voyager au coté du virtuose Novecento pendant plus d'une heure.

Photo extraite du site de la Compagnie des Transports Imaginaires

Accompagné de son piano, l'artiste a envouté le public qui l'a ovationné.

Ce spectacle a été inspiré de l'ouvrage d'Alessandro Baricco Novecento, qui est disponible à la bibliothèque.

dimanche 10 octobre 2010

Luisa / Marie-Claude Roulet

Dans la France des années 70, Luisa est une jeune fille discrète et timide. Alors que le pays est en pleine mutation sociale, sa mère lui trouve une place de servante dans un grand domaine.
Après quelques moments de doute, Luisa trouve sa place au sein de cette famille un peu particulière : petit à petit, elle gagne la confiance de la vieille dame et de son fils ; seul Ray l'employé semble lui vouer une inimitié  farouche.
A l'opposé, Camille, son amie est tout feu tout flamme. Elle s'insurge contre le sort de Luisa, vit la révolution féministe avec force et conviction, et se lance dans la vie avec mordant.
Pourtant, c'est de la secrète Luisa dont va tomber amoureux Jacques. Pourtant, c'est Luisa qui découvrira le secret du Domaine...
J'ai été touchée par Luisa : à la fois romantique comme on peut l'être à 17 ans ( elle adore le roman de Jane Eyre et compare le Domaine à Thonfield Hall), et à la fois très pragmatique et réaliste ( elle sait pertinemment que sa mère n'a pas les moyens financiers de l'envoyer étudier). Mais loin de se résigner, elle se bat silencieusement, calmement, pour faire reconnaître son existence.
C'est un roman qui se lit d'une traite, où l'atmosphère est toute à la fois feutrée et lourde des secrets détenus par chacun.

samedi 9 octobre 2010

Shipbuilding

Le matin, pour venir à la bibli, je fais un trajet d'une petite vingtaine de minutes.
Et bien ce matin, c'est la même chanson que j'ai passé en boucle. Je vous la fais partager ici.


Il s'agit de Robert Wyatt.

La première fois que j'ai entendu cette chanson, je l'ai découverte avec le timbre de Yaël Naïm accompagnée par l'Orchestre National de Jazz sur leur album Around Robert Wyatt.

J'en profite pour vous dire qu'il ne faut pas rater l'ONJ qui fait parti des nombreux très beaux rendez vous de la 24 ème édition de D'Jazz Nevers qui se déroulera du 5 au 13 novembre prochain. Cette année, leur invité n'est autre qu'Erik Truffaz !!!
Pour plus d'informations sur ce festival qui pratique des prix imbattables au vu des artistes programmés allez sur leur site que je met en lien ici.

Sincèrement, si vous pouvez, allez y ! Vous ne serez pas déçu.

samedi 2 octobre 2010

Spectacle de Dominique Tchoryk, "La Troisième marche"

Samedi 9 octobre à 20 heures à la salle des fêtes de Saint Aignan des Noyers, la bibliothèque propose le spectacle de Dominique Tchoryk, “La troisième marche”.
Librement inspiré de la nouvelle Novecento d’A. Barrico, il retrace l’itinéraire d’un pianiste qui  vécu toute sa vie sur un transatlantique sans mettre pied à terre.
C’est l’occasion pour le comédien de mettre en avant ce superbe texte ainsi que des musiques du début du XXème siècle.
Les personnes désirant assister au spectacle devront être en possession d’une carte de bibliothèque. Elles peuvent être retirées ce jour ou au début du spectacle.
Renseignements et réservations au 02.48.77.50.71